Contrats: mission et responsabilité renforcées pour le diagnostiqueur amiante

22/09/2017
00:00

Contrats: mission et responsabilité renforcées pour le diagnostiqueur amiante

Si les diagnostiqueurs « amiante » peuvent, parfois, espérer une certaine mansuétude de la part des juges du fond, ils se heurtent toujours à l'extrême rigueur de la Cour de cassation à leur égard. On le constate de nouveau, au travers d'un arrêt de censure rendu par la troisième chambre civile en date du 14 septembre 2017. S'il veut échapper au risque de responsabilité, l'opérateur de diagnostic qui établit un rapport de repérage amiante, ne peut pas limiter son intervention à un simple contrôle visuel. Il doit l'étendre à tous sondages non destructifs (V. CSP, art. R. 1334-20, I, et R. 1334-21, I), notamment sonores, au-delà même de ce que prévoit l'actuelle norme NF X46-020, relative au repérage de matériaux et produits susceptibles de contenir de l'amiante dans les immeubles bâtis.

On se souvient que, précédemment, la Cour de cassation avait déjà considéré que le diagnostiqueur est tenu d'effectuer les vérifications n'impliquant pas de travaux destructifs, tels que tester la résistance de plaques susceptibles de contenir de l'amiante ou accéder aux combles au moyen d'une trappe existante (Cass. 3e civ., 21 mai 2014, n°13-14.891). Le professionnel est donc obligé de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires à la bonne exécution de sa mission. Particulièrement, il doit effectuer un sondage sonore suffisant à lui faire suspecter la présence d'amiante (Cass. 2e civ., 17 sept. 2009, n°08-17.130). Ainsi, est sévèrement apprécié le devoir de conseil pesant sur le diagnostiqueur au profit du propriétaire de l'immeuble concerné ; l'opérateur doit d'ailleurs s'enquérir, par lui-même, des caractéristiques complètes de l'immeuble concernant la présence éventuelle d'amiante (Cass. 3e civ., 2 juill. 2003, n°01-16.246). Et, si après un repérage dans les parties visibles, il conclut à l'absence d'amiante, il doit être à même de justifier une absence de réserves pour les autres parties, ainsi que le rappelle encore aujourd'hui la troisième chambre civile. Une recherche systématique s'impose à ce professionnel (Cass. 3e civ., 3 janv. 2006, n°05-14.380) désireux de satisfaire à ses obligations vis-à-vis de son client qui l'a complètement missionné pour une recherche amiante. D'ailleurs, si un doute persiste sur la présence d'amiante dans les matériaux ou produits, un ou plusieurs prélèvements seront effectués par la personne réalisant la recherche, qui ne pourra pas conclure à l'absence d'amiante, tant que l'analyse n'aura pas été effectuée (CSP, art. 1334-20, II, et R. 1334-21, II). On précisera quand même que la norme NF X46-020 a été actualisée (V. AFNOR, communiqué de presse, 18 juill. 2017) par les professionnels concernés, avec une entrée en vigueur prévue au 1er octobre 2017. Particulièrement, elle contient dorénavant un descriptif plus complet des sondages et prélèvements à effectuer pour les différents ouvrages et elle intègre les modifications apportées au Code du travail (C. trav., art. R. 4412-97, II) sur le repérage de l'amiante avant travaux.

Source: Cass. 3e civ., 14 sept. 2017, n°16-21.942: JurisData n° 2017-017644

Lexis PolyActe

LexisNexis Logiciels
Tél : 01 71 72 47 48
relation.client@lexisnexis.fr

Espace Client
Espace partenaire
Espace presse
Club utilisateur
Plan du site

Suivez-nous

Suivez LexisNexis sur FacebookSuivez LexisNexis sur LinkedinSuivez LexisNexis sur Google+Suivez LexisNexis sur ViadeoSuivez LexisNexis sur Youtube


Abonnez-vous à la Newsletter


Newsletter